Le blog

Le grand nettoyage

La totalité des travaux de décapage les plus lourds avaient été effectués à la mi-juillet 2016. Toutes les parties métalliques avaient été apprêtées, les murs et plafonds avaient été décapés, et les pièces vidées de l’ensemble de leur contenu démontable.

Afin de procéder à la mise en peinture des différents éléments, il nous fallait avant toute chose nettoyer l’ensemble des pièces, afin de retirer la lourde poussière qui s’y été accumulée au cours des mois précédents.

La solution la plus simple et la plus efficace fut celle de passer le sous-sol à l’eau. Pour cela, nous avons dû investir dans une pompe capable de refouler à plus de quarante mètres avec une pression correcte en sortie. Nous avons en effet souhaité utiliser l’eau présente en grande quantité dans la cuve située dans la galerie – qui ne mène nulle part – creusée à quarante mètres sous terre. Une fois la pompe acquise, le grand nettoyage a pu débuter.

Pendant trois jours, à l’aide d’une station haute-pression, sols, murs et plafonds furent passés à la grande eau.

Ensuite, c’est une période «d’inactivité forcée» : il fallait que tout sèche. Un déshumidificateur fut placé dans chaque pièce, et, pour accélérer le processus de séchage, nous avons reçu en prêt de la société Partnair Industries, quatre ventilateurs avec gaine, ce qui nous a permis d’insuffler de l’air en continu dans les locaux.

Il fallait ensuite laisser le temps au temps. En attendant, nous nous concentrions sur des petits travaux, comme ceux liés au reconditionnement déjà entamé du matériel électrique (hublots etc.), à la restauration du mobilier (dernières couches de peinture) destiné à être mis en place et au nettoyage et à la mise en peinture des éléments destinés à regagner la salle des cuves (glissières, niveaux, vannes et tuyauterie).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *