Association de Sauvegarde des Petits
Ouvrages de Laudrefang et Téting
Un peu d'histoire
Le Secteur Fortifié de Faulquemont
Le PO de l'Einseling, au centre du secteur, domine la dépression de la Warndt avec, au loin, la frontière allemande.

Le Secteur Fortifié de Faulquemont est à un emplacement important pour plusieurs raisons : il barre la Route Nationale 3 qui relie la ville allemande de Saarbrucken à Metz et protège, dans une moindre mesure, la mine de charbon de Faulquemont.

L'ossature de ce secteur consiste en 5 ouvrages d'infanterie ; sa puissance de feu est donc moindre, en dépit des 4 mortiers de 81mm du PO de Laudrefang qui mettent à l'abri le PO de l'Einseling au nord et le PO de Téting au sud. Cette artillerie, même légère, fait du Laudrefang la clef de voûte du secteur.

Lorsque l'Armée allemande arrive sur les arrières du secteur le 16 juin 1940, la ligne Maginot est considérablement affaiblie : seuls les ouvrages sont encore occupés par l'Armée française. Les casemates d'intervalle et l'ensemble des troupes mobiles (infanterie, artillerie) stationnées sur la ligne ont en effet reçu l'ordre de se replier quelques jours auparavant. L'Armée allemande est en effet déjà à Paris et le reste de l'Armée française est en déroute.

Les 5 ouvrages du Secteur Fortifié de Faulquemont sont donc encerclés et vont devoir faire face à un ennemi déterminé à les faire tomber, malgré le peu d'intérêt stratégique qu'ils représentent désormais.

Les combats, âpres et meurtriers, s'engagent le 20 juin 1940. 5 jours plus tard, lorsque l'armistice entre en vigueur, 3 des 5 ouvrages du secteur tiennent encore.

Les équipages des ouvrages invaincus ne se rendront qu'une semaine plus tard, le 2 juillet, sur ordre du Haut commandement français.

Sébastien RAO Nombre de visiteurs : 45127 ASPOLT (Association de Sauvegarde des Petits Ouvrages de Laudrefang et Téting) 2007