Une grande aventure

La genèse

L’Association de Sauvegarde des Petits Ouvrages de Laudrefang et Téting (ASPOLT) est née en 2007 de la volonté de deux passionnés de l’histoire de la ligne Maginot, Sébastien RAO et Michaël FRANCOIS.

Il s’agissait alors de prendre en charge et de restaurer le Petit Ouvrage de Téting, l’un des 53 forts de la ligne Maginot dans le nord-est de la France, où le grand-père de Michaël combattit en 1940. Une façon de lui rendre hommage, en somme, ainsi qu’à tous ses compagnons d’alors. C’est donc sous le nom d’Association du Petit Ouvrage de Téting (APOT) que démarre cette aventure.

Immédiatement rejoins par d’autres passionnés, l’association prend son envol et se fait connaitre. Elle présente son projet à la commune de Téting-sur-Nied et au Ministère de la Défense, propriétaire du terrain. Les démarches vont bon train mais les passionnés rongent leur frein ; il est décidé que l’association entreprendra des travaux de restauration non loin de Téting, au Bloc 3 du Petit Ouvrage de Laudrefang. Propriété de la commune de Laudrefang, le Bloc 3 bénéficie en effet d’un accès relativement aisé, présente des caractéristiques techniques intéressantes (non relié par galerie souterraine au reste de l’ouvrage qui est encore aujourd’hui propriété du Ministère des Armées) et une histoire très riche.

En 2008, le Bloc 3 du Petit Ouvrage de Laudrefang complètement envahi par la végétation

Au mois de juin 2008, l’Association y démarre les travaux. Un an plus tard, en 2009, les statuts de l’Association sont modifiés : l’APOT devient l’Association de Sauvegarde des Petits Ouvrages de Laudrefang et Téting et signe avec la commune de Laudrefang un bail de 99 ans pour mettre en valeur le Bloc 3 et ses 2 hectares de terrain.

En janvier 2019, l’ASPOLT, animée par une trentaine de bénévoles et riche d’une expérience de 11 années de travaux, signe finalement une autre convention de 99 ans avec la commune de Téting-sur-Nied pour valoriser les 26 hectares sur lesquels le Petit Ouvrage de Téting est situé.

L’ouvrage de Laudrefang vu du ciel à l’occasion des Journées du Patrimoine en 2017

L'objectif

 

L’Association de Sauvegarde des Petits Ouvrages de Laudrefang et Téting a pour objet la restauration et la mise en valeur touristique des petits ouvrages de Laudrefang et Téting, 2 des 53 forts de la ligne Maginot dans le nord-est de la France.

Les multiples combats qui eurent lieu au secteur fortifié de Faulquemont entre le 16 et le 25 juin 1940 forment une seule et même bataille. Alors que l’Armistice est sur le point d’être signé et que l’armée française est en déroute, l’enjeu pour les équipages français des ouvrages est de tenir coûte que coûte face aux intimidations puis aux assauts allemands, pour l’honneur d’abord, pour tenir ensuite jusqu’à l’Armistice en préservant les vies et en évitant la captivité.

Côté allemand, l’enjeu est symbolique : leur armée est triomphante mais la ligne Maginot, réputée imprenable, tient toujours. Pour les officiers allemands qui observent à la jumelle les positions bétonnées françaises, l’espoir naît de faire tomber ces fortins isolés et de renforcer à la fois l’ego des combattants et l’idée de la toute-puissance de l’armée allemande.

Cette drôle de guerre décidément, marqua à jamais le territoire et les combattants français.

Encerclés à partir du 16 juin 1940, les équipages de Laudrefang et Téting résistèrent aux violents assauts et bombardements ennemis. Invaincus à l’entrée en vigueur de l’Armistice le 25 juin, ces quelques 400 hommes furent pourtant faits prisonniers de guerre et envoyés en captivité en Allemagne. 5 ans plus tard, ils rentrèrent en France, affaiblis moralement et physiquement. Certains d’entre eux ne revinrent jamais. Accusés d’être les responsables de la défaite de 40 et d’avoir été inutiles, ils portèrent ce fardeau jusqu’à la fin de leur vie.

Les bénévoles de l’ASPOLT, à travers leurs travaux de restauration et de recherches historiques, visent à faire de ce secteur un lieu de mémoire incontournable et à rayonnement national de l’histoire de ces centaines d’hommes qui y combattirent pour leur vie et leur liberté en juin 1940, alors que tout autour d’eux était emporté.

L’absurdité de cette bataille, la violence des combats et l’honneur blessé des soldats français valent aujourd’hui les nombreux efforts réalisés et à venir pour leur rendre hommage et faire connaître au plus grand nombre toutes les conséquences locales, nationales et internationales de la guerre et de la débâcle de 1940 dont le secteur fortifié de Faulquemont a été le témoin combatif mais impuissant.

Il s’agit là de transmettre aux générations futures la mémoire et l’émotion de cette période méconnue et pourtant clef de notre histoire nationale et européenne récente.

Bloc 3 du PO de Laudrefang, 2018
 

Restauration technique

En 2008, le Bloc 3 du Petit Ouvrage de Laudrefang est abandonné, envahi par la végétation, sert de déchetterie sauvage. L’intérieur a été pillé et ferraillé à partir des années 1980. C’est une coquille vide.
Les premiers efforts portent sur la revalorisation extérieure. De longues séances de débroussaillages sont menées, les ronces sont arrachées, les abords immédiats sont sécurisés. Le terrain, déformé par le déversement des surplus de terre provenant du terrain de football voisin créé dans les années 1970, est nivelé en 2010 et en 2019.

A l’intérieur, les bénévoles s’attachent à gratter la rouille et les peintures délavées. Le Bloc 3 est raccordé au réseau électrique en 2010. Un système de ventilation provisoire et des déshumidificateurs sont installés. Peu à peu, les pièces retrouvent leur aspect authentique. Les murs sont repeints selon les couleurs originales. Un éclairage d’époque est réinstallé et câblé aux normes actuelles. Puis, le Bloc 3 retrouve au fur et à mesure des équipements d’époque récupérés selon des méthodes diverses et complémentaires : échanges avec d’autres associations, achats sur internet, brocantes, dons de particuliers, prêts du Ministère de la Défense, prélèvement dans des ouvrages abandonnés avec l’accord des communes concernées. Dès 2010, la tourelle de mitrailleuses équipement majeur et bijou technologique de 96 tonnes, est remise en fonctionnement, après 15 mois de travail.

En 2011, un mortier de 81mm de plus de 2 tonnes est mis en dépôt, pour une période de 3 ans renouvelable, par le Musée d’Artillerie de Draguignan en accord avec le Ministère de la Défense. En 2018, un second mortier identique est mis à disposition selon les mêmes conditions dans la salle des mortiers.


Mortiers de 81mm du Bloc 3

En 2015, l’Association bénéficie du dispositif du Pacte Lorraine et se voit attribuer des fonds pour restaurer l’usine électrique du Bloc 3, située au 2èmesous-sol. 2 moteurs Renault d’époque sont réinstallés. En 2018, l’Association célèbre les 10 ans du début des travaux lors d’un week-end spécialement dédié.

En 2019, un bail de 99 ans est signé avec la commune de Téting-sur-Nied, consacré à la valorisation par l’Association des 24 hectares de terrains sur lesquels se situe le Petit Ouvrage de Téting. L’ASPOLT mène plusieurs journées de débroussaillage autour de l’ouvrage, qui ne sera pas restauré à l’intérieur mais valorisé au-dehors avec un chemin de mémoire.

Recherches historiques

Parallèlement aux travaux de restauration, l’ASPOLT réalise des recherches pour renforcer sa connaissance de l’histoire du secteur.

En 2010, contact est pris avec le fils de Jean VINDEVOGEL, soldat mobilisé au Bloc 3 du PO de Laudrefang en 1939-1940 et ayant écrit en 1942 le récit de son quotidien lors de cette période. Il publia le livre après la guerre. Cette prise de contact aboutit à la réédition du livre, Un Observateur raconte – 1939-1940 sur la ligne Maginot. Vendu par l’association, l’ouvrage apporte un témoignage précieux sur le vécu de ces soldats français jusqu’à leur départ en captivité en Allemagne le 2 juillet 1940.

Le vice-président de l’association, doctorant de cinquième année à l’Université de Lorraine, mène ce vaste travail de recherche. Si le sujet de sa thèse concerne la période de la libération de la Lorraine par l’Armée américaine en 1944-1945, ses recherches personnelles portent sur le petit ouvrage de Laudrefang en 1939-1940. Elles apportent ainsi un éclairage inédit sur l’histoire du site et alimentent les récits racontés aux visiteurs.

 Invaincu, l’équipage du Bloc 3, le 25 juin 1940

En s’appuyant sur des documents d’archives militaires conservés par le Service Historique de la Défense, il lui a été possible d’identifier et de contacter, à travers toute la France, plus d’une centaine de familles d’anciens soldats de l’ouvrage. Ces recherches livrent photographies d’époque et témoignages, tout en tissant un lien solide entre l’association et les familles dont certaines ont déjà fait le déplacement depuis le sud ou l’ouest de la France pour nous voir.

Plus encore, ce travail met en lumière la vie de ces Anciens avant et après la guerre. Mettre un visage sur un nom, témoigner de l’état d’esprit d’un soldat pendant la guerre, mettre en lumière son ressenti après-guerre sur cette période trouble, tels sont les nombreux objectifs de ce colossal travail de recherche.

Un autre membre de l’association mène en outre des recherches identiques sur le petit ouvrage de Téting, où son grand-père combattit en 1940.

Déboisement du Petit Ouvrage de Téting

L’aventure continue !

A ce jour l'Aspolt c'est

0
Ans d'existence
0
Membres passionnés
0
Forts en rénovation
0
Hectares à valoriser