Le blog

Début de restauration du dernier sous-sol

La fin du mois d’août 2015 a marqué le début au Bloc n°3 de la dernière grande «offensive» contre la rouille, la poussière, l’humidité etc. Bref, contre un peu plus de sept décennies d’abandon.

Après la réfection du rez-de chaussée (comprenant la tourelle de mitrailleuses notamment) et du premier sous-sol (comprenant la chambre de tir des mortiers de 81 mm FA Mle 1932 notamment), celle concernant le deuxième et dernier sous-sol fut lancée.

Ainsi, le magasin M3 pour obus de mortiers de 81 mm avec ses deux norias, un couloir central comprenant notamment une partie aérorefroidisseur, mais aussi l’usine électrique destinée à accueillir deux moteurs Renault Diesel 4 cylindres, un moteur CLM et un convertisseur 110 Volts continu (pour l’alimentation du bloc en électricité) ainsi que sa salle des cuves jumelée (réservoirs à combustibles et à eau pour les moteurs) allaient être complètement restaurés.

La première priorité fut celle de stopper la corrosion des parties métalliques importantes, et c’est en premier lieu dans l’usine électrique que nous avons concentré nos efforts. Deux de ses murs avaient été doublés de plaques d’acier destinées à lutter contre l’effet Hopkinson des obus de rupture (murs exposés à l’ennemi). Inutile de dire donc, qu’après soixante-quinze ans sans le moindre entretien, la rouille était présente en grande quantité. Après un passage minutieux aux brosses métalliques (et celles-ci furent nombreuses), nous avons stoppé la corrosion grâce à l’application d’un apprêteur anti-rouille très efficace.

L’usine électrique étant la partie du bloc la plus humide du bloc, deux déshumidificateurs furent immédiatement installés. Progressivement, l’humidité ambiante allait disparaître, et le sol s’assécher.

La porte-grille de l’usine (après avoir été remise en place – celle-ci avait été démontée par les ferrailleurs en vue de son enlèvement, qui heureusement n’a pas eu lieu) et la porte du magasin M3 furent également passées par les brosses métalliques et apprêtées au courant du mois de septembre 2015. Il en va de même pour les deux rails de l’usine électrique sur lesquels venait se greffer un palan pour la mise en place et la maintenance des deux moteurs Renault.

La prochaine étape allait être celle de démonter au courant du mois d’octobre 2015 l’ensemble des conduites de ventilation et d’eau, mais aussi de retirer les rares parties de câbles électriques, hublots et prises électriques qui subsistaient encore, afin de laisser les murs et plafonds libres, en vue de leur décapage complet.

Les travaux de décapage se sont étalés sur le mois de novembre 2015, et ont concerné dans un premier temps l’usine électrique et le couloir central. Une fois les parties bétonnées traitées, ce fut le tour de la tuyauterie métallique non démontable, comme le tuyaux d’arrivée de gas-oil qui traverse la totalité de l’usine électrique pour rejoindre la salle des cuves, et les conduites d’eau qui partent de l’usine électrique pour gagner l’aérorefroidisseur. Le support riveté de ce dernier fut également passé par les brosses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents

Suivez-nous

Catégories
Archives

Soutenez-nous

Grâce à vous, nous pouvons aller plus loin dans la restauration du Bloc 3 du Petit Ouvrage de Laudrefang, acheter du matériel, organiser plus d’événements pour informer. Chaque don nous aide un peu plus.

L’ASPOLT étant une association d’intérêt général, vos dons sont déductibles fiscalement.